30.6.06

sagesse des morts





Message reçu, et réponse que j'y fais bien volontiers, à propos de la lettre à Mermet, où il était question d'Alain Rey, qu'on n'entendra plus sur France inter :


Un utilisateur anonyme a dit…
Et "Enculé de ta race", il en dit quoi Alain Rey ?
12:43 AM

eulnanar a dit…
Alain Rey, j'en sais rien.
Mais moi, Bebereulnanar, voici ce que j'en dis :

1)Il faut être bien misérable dans sa tête pour aller chercher ses invectives dans la bouche même de ceux que l'on hait le plus. C'est admettre de fait qu'ils enrichissent la langue française, eux.

2)Enculé. Est-ce une injure? Pas besoin d'être Freud pour dire que le désir de se faire enculer se traduit par le rejet violent de l'enculage (des autres) [Anonyme, tu es un vilain jaloux!]. Rejet d'autant plus violent que le désir l'est, et que les fariboles des curés de tout poil (dont la réputation n'est pourtant plus à faire dans ce domaine) sont ancrées profondément dans la petite tête de l'utilisateur anonyme d'une telle "injure".
Feue ma soeur avait coutume de déclarer : "Tout ce qui lui rentre dans le cul, ça ne me fait pas mal aux dents"
Sagesse des morts.

3) ma race :"" Tiens, voilà un maître journal, Le Temps ! " qu’il me taquine Arthur Ganate, à ce propos. " Y en a pas deux comme lui pour défendre la race française ! - Elle en a bien besoin la race française, vu qu’elle n’existe pas ! " que j’ai répondu moi pour montrer que j’étais documenté, et du tac au tac.- Si donc ! qu’il y en a une ! Et une belle de race ! qu’il insistait lui, et même que c’est la plus belle race du monde, et bien cocu qui s’en dédit ! Et puis, le voilà parti à m’engueuler. J’ai tenu ferme bien entendu.- C’est pas vrai ! La race, ce que t’appelles comme ça, c’est seulement ce grand ramassis de miteux dans mon genre, chassieux, puceux, transis, qui ont échoué ici poursuivis par la faim, la peste, les tumeurs et le froid, venus vaincus des quatre coins du monde. Ils ne pouvaient pas aller plus loin à cause de la mer. C’est ça la France et puis c’est ça les Français.- Bardamu, qu’il me fait alors gravement et un peu triste, nos pères nous valaient bien, n’en dis pas de mal !... - T’as raison, Arthur, pour ça t’as raison ! Haineux et dociles, violés, volés, étripés et couillons toujours, ils nous valaient bien ! Tu peux le dire ! Nous ne changeons pas ! Ni de chaussettes, ni de maîtres, ni d’opinions, ou bien si tard, que ça n’en vaut plus la peine."

voila pour ma race.
Le texte est de Céline.
Un connaisseur.

CONCLUSION : enculé je serais volontiers si cela me tentait. Mais cela ne me tente pas plus que ça. Nul n'est parfait. En tout cas ce ne serait pas par toi, anonyme, car je suppose qu'il faut de l'amour pour qu'un enculage soit réussi
Quant à ma race, si race il y a, je n'en suis pas très fier, surtout si tu en es, anonyme.

Libellés :

2 Comments:

Anonymous Jean-Charles Edouard Krivine said...

Voilà que monsieur "BEBEREULNANARD" en veux aux anonymes. Alors là, on aura vraiment tout vu ! Celle-là, faudra me la rejouer en Fa mineur, et au ralenti.

11:01 PM  
Blogger eulnanar said...

cher JCEK, j'en veux à l'anonyme qui n'est même pas foutu de s'inventer un pseudo un peu marrant.
Cocher la case "anonyme", c'est déja être méprisant.
Loin de moi l'idée de fustiger la bassesse de l'insulte elle-même, au contraire, j'en suis moi-même un chaud partisan.
Souviens-toi de MTT (Mao Tsé Toung) et du petit livre rouge :
"ne pas surestimer son ennemi, ne pas le sous-estimer non plus"
Conclusion : l'anonyme est un tigre de papier, et nous le jetterons comme l'écorce du citron pressé dans les poubelles de l'Histoire.

9:53 AM  

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home