16.5.06

pure provocation : à bas l'Auvergne !

Il paraîtrait, d'après un journalisse de mes amis, que Murol serait le centre du monde. Moi, quand je recherche "Murol", je trouve ça :

"Le Murol porte le nom d'un village du Puy de Dôme en Auvergne. Il fut créé entre les deux guerres par un affineur doué pour le marketing. C'est une sorte de Saint Nectaire évidé en son milieu.
Le Murol est un fromage au lait de vache pasteurisé, à la pâte pressée, non cuite et élastique, à la croûte lavée, humide, rose ou rougeâtre, à 45% de matière grasse. Il se présente sous la forme, d'un cylindre plat de 12 centimètres de diamètre sur 4 centimètres d'épaisseur environ, avec en son centre un trou de 4 centimètres de diamètre. Ce trou est pratiqué pour accélérer l'affinage, mais la partie centrale de la pâte est récupérée, façonnée en forme de tronc de cône et enrobée de paraffine rouge : on le vend sous le nom de " murolait ". Le fromage Murol a une pâte jaune et souple quand elle est à point, son odeur est discrète et sa saveur est douce et agréable, sans caractère vraiment marqué. "

Si j'en crois mon journalisse, le centre du monde est un fromage pasteurisé. Au centre du centre du monde, il y a donc un trou (de 4 cm), c'est à dire un vide. Faut vraiment être Auvergnat pour se faire une telle idée du monde, de son centre, et du centre de son centre.

Faut surtout être plus Auvergnat qu'un Auvergnat pour s'imaginer qu'il suffirait d'enrober ce trou de paraffine rouge, afin de le refourguer aux béotiens du reste du monde, comme le nec plus ultra pasteurisé, une espèce de concentré de centre du monde, sans caractère vraiment marqué, tout cela pour engranger des fortunes colossales, en vendant le fromage, le trou du fromage, et le trou du trou du fromage, c'est à dire du monde !
A part cela, les Auvergnats vendent aussi aux touristes le château de Murol. Il est en ruine. S'ils étaient malins, il l'enduiraient de paraffine. Rouge.

Ces Auvergnats nous surprendront toujours


et toujours un sondage frais, lui, en bas, à droite !

Libellés :

4 Comments:

Anonymous ranyanya said...

voilà, à peine que j'arrive à mettre mes yeux en face de leurs trous pour lire tes réflexions sur les fromages troués, pourquoi d'ailleurs?, est ce typiquely auvergnat? de toutes les façons je ne me pronocerai pas ni sur la qualité gustative ni son aspect troué sans échantillon concret. ni donner des pourcentages, demandes arrivée entretemps. par contre, je vais baisser les stores sur mes quinquets.

10:52 PM  
Anonymous Anonyme said...

merci beaucoup de nous éclairer. En effet quel sens donner à ce trou central? La structure du château de Murol est certainement déterminante dans la construction mentale des habitants. Il faudrait en savoir plus pour mieux comprendre.

8:11 PM  
Blogger eulnanar said...

cher M. Anonyme,
je mène actuellement une recherche approfondie, sur le sujet. Pour l'instant, les résultats sont prometteurs, mais ils restent "taupe-secret", voire "confidentiel-défonce", car il faut se méfier de l'Auvergnat sous toutes ses formes : il serait bien capable de se targuer d'avoir inventé l'anti-matière.
A bientôt pour un nouvel article, où je dévoilerai TOUTE la vérité

8:28 PM  
Anonymous Anonyme said...

Comme je vois que vous ne connaissez rien à rien, je m'en vais de ce pas vous raconter "la véritable histoire réellement authentique du Château de Murol". C'était il y a bien longtemps.
Tout commence en 1392. C'est en cette année maudite (au Moyen Age, quasiment toutes les années étaient maudites, en raison, soit des guerres, soit de la famine. En revanche on ne parlait pas encore de chômage). Donc c'est en cette année maudite - le 12 février pour être précis - que naquit le petit Guillaume de parents totalement inconnus. A tel point que la population décida de l'appeler "Guillaume de Murol", sauf l'instituteur qui, la plupart du temps, l'appelait "Jeune trou du cul". Guillaume allait beaucoup souffrit par la suite de ce sobriquet à rallonge qui en faisait la risée de ses camarades de classe. Le pire dans tout ça c'est qu'il ne pouvait même pas dire à sa mère, ni à son père, que monsieur Gratadeix (l'instituteur), l'avait encore traité de "jeune trou du cul" puisque - rappelons-le -ses parents lui étaient totalement inconnus.
Un jour le petit Guillaume tenta bien de rétorquer au vieux monsieur "Le jeune trou du cul t'emmerde et te pisse dans le gosier", mais ce sursaut de fierté ne lui valut qu'un grand coup de poing dans la gueule. M. Gratadeix avait la réputation d'avoir la main leste.
Un jour que Guillaume se branlait paisiblement derrière un frêne du Prélong, il contempla la colline qui dominait Murol depuis déjà au moins une quinzaine d'années, et il dit à haute voix : "Tu vas voir Gratadeix, le jeune trou du cul un jour il aura son château tout là-haut et je te pendrai par les couilles en haut du donjon vieux con que t'es !". Guillaume ne croyait pas si bien dire...
Fin du début de "la véritable histoire réellement authentique du Château de Murol", narrée par le Capitaine Poilauque, Auvergnat avant même que la lumière fut.

11:38 PM  

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home