21.12.06

Ce que parler veut dire 2. (SDF DE L'ISF, né dans la rue, mort en Suisse)


"Je n'ai pas de commentaire à faire sur une situation personnelle. Je veux seulement dire une chose: un pays où tant de nos artistes, de nos créateurs, de nos chercheurs, où tant de gens se disent qu'il faut partir, c'est bien qu'il y a un problème", a déclaré M. Sarkozy, évoquant le douloureux cas de son pauvre ami et soutien Johnny Hallyday.

Ce n'est là qu'un exemple d'amalgame dont Sarkozy et sa bande sont familiers.
Décortiquons, détricotons.
"tant de nos artistes, de nos créateurs (...)se disent qu'il faut partir". A supposer que Johnny Hallyday soit un artiste, un créateur, rien de plus légitime que de "partir" : quand il enregistre à Memphis (Tennessee), à Londres, à New-York, même quand il fait de la moto sur la route 66, ils se situe dans le champ normal de l'artiste et du créateur(?) : Picasso, Modigliani, Soutine, Dali, Hockney, John Lennon, leoh Ming Peï, Léonard de Vinci etc., en voila des gens qui sont "partis" et à qui personne ne reproche d'être partis, qui ont bien fait de partir : Ils sont partis et on n'en est pas revenus.
La question est : Sont-ils partis planquer leurs sous ou faire l'artiste et créer?
Le prochain CD de johnny sera-t-il intitulé " le Ranz des vaches", Johnny a-t-il la légitime intention de devenir un virtuose du cor des Alpes? Même si oui, de toutes façons, Sarkozy aurait mieux fait de la fermer.
Voila pour les créateurs et les artistes dont Johnny ne fait pas partie : les rats qui quittent les navires sont des rats, rien que des rats.
Mais c'est trop parler de Johnny.
Concentrons nous sur le capitaine du navire, c'est à dire le jésuite Sarkozy :


"nos chercheurs (...) se disent qu'il faut partir". C'est ici que l'hongrois fait fort et dépasse les limites de la fauculerie : les chercheurs partent donc pour planquer leur pognon et échapper aux impôts? De la gueule de qui vous foutez-vous, homoncule? Les chercheurs en France sont traités comme des chiens, un bac + 10 est payé au smic, sur contrat précaire, s'il a eu la chance de trouver un contrat précaire, après 10 stages gratuits! Les Etats-Unis nous les débauchent, nos chercheurs! Vos universités, l'herbe n'y repousse plus depuis votre passage, Monsieur le Hun, et vos copains du MEDEF n'en veulent pas de nos chercheurs, même au smic!

Comme "tant de gens", ils vont chercher à bouffer ailleurs, nos chercheurs, comme les étudiants originaires de vos banlieues pourries, qui vont faire valoir leurs diplômes à Londres, où le médef local (moins con que le notre, ce n'est pas bien difficile) ne regarde pas la couleur de la peau, mais la compétence.

Vous me dégoûtez profondément, Monsieur le ministre d'Etat, parce que vous êtes un menteur de la plus dangereuse espèce : celle qui amalgame, qui tripatouille, celle qui dénature les faits et les transforme en faux-fuyants, en excuses, en paravents derrière lesquels vous vous défilez
lâchement.

Pourquoi n'avez-vous pas le courage d'annoncer la couleur :"Je veux foutre les Français à poil, les réduire à la mendicité, ranger la France dans le Tiers-monde! Après quoi, quand le smic sera à 5 euros par mois et qu'on se battra pour ces 5 euros, mes copains relocaliseront, et reviendront faire des tonnes de fric ici, et iront le dépenser ailleurs, en Suisse et en suisse, de préférence"
En attendant, dans cette France que vous gouvernez d'une main de ver dans un gant de veule ours, il y des gens qui meurent dans la rue.
Votre programme est en marche (de rat des skis?*)



"Il y a bien un problème", et ce problème, c'est vous, et les gens de votre espèce.


*comprend qui peut la perfidie. (<---à tout hasard, on peut cliquer)

Libellés : ,

0 Comments:

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home