30.4.07

Mai 68 : Sarközy et la voix de son maître, Philippe Pétain


Laissons parler le Maréchal, autre félon célèbre :



"Nous tirerons la leçon des batailles perdues. Depuis la victoire(de 1918) , l'esprit de jouissance l'a emporté sur l'esprit de sacrifice. On a revendiqué plus qu'on a servi. On a voulu épargner l'effort ; on rencontre aujourd'hui le malheur."
Pétain s'adresse aux Français, 20 juin 1940


"Notre défaite est venue de nos relâchements. L'esprit de jouissance détruit ce que l'esprit de sacrifice a édifié. C'est à un redressement intellectuel et moral que, d'abord, je vous convie. Français, vous l'accomplirez et vous verrez, je vous le jure, une France neuve sortir de votre ferveur."
Philippe Pétain, "Appel du 25 juin 1940"


C'est librement que je me suis rendu à l'invitation du Führer. Je n'ai subi, de sa part, aucun diktat, aucune pression.
Une collaboration a été envisagée entre nos deux pays. J'en ai accepté le principe.
Message radiodiffusé du maréchal PÉTAIN, octobre 1940.

"Cette loi du travail a été marquée par une formule de malédiction : « Tu mangeras ton pain à la sueur de ton front ». C'est donc à tort qu'on a fait luire à vos yeux le mirage d'une cité future où il n'y aurait plus de place que pour le loisir et pour le plaisir. "
MESSAGEDE COMMENTRY1er MAI 1941



Sarközy, à l'usage du dernier carré des rombières du FN qu'il veut raccoler à n'importe quel prix , a ressorti du placard le plus pourri de l'histoire de France les meilleures phrases de Pétain à propos du Front Populaire, et nous les ressert quasi textuellement à propos de Mai 68.



Citation pour citation, si Sarközy est élu le 6 Mai 2007 à 20h, je vous donne rendez-vous ici même à 20 h 01.


Pour nous redonner un peu de moral, nous relirons ceci :








à la guerre comme à la guerre...

Libellés : , ,

3 Comments:

Anonymous Un sceptique said...

Encore un bel exemple de raccourci historique débile. Il faut toujours voir les choses de façon manichéenne, ça rend le débat tellement plus rafiné...
Je rappelle, que la France s'est effectivement prise une raclée en 1940...

3:16 AM  
Blogger eulnanar said...

C'est Sarközy qui fait ce raccourci débile! Lui le fait de manière subliminale : le FN connaît ses classiques et ne s'y trompe pas.
Quant au raffinement, au raffinage, à la raffarinade et à la raffinitude, je laisse le soin à l'ump de tirer la première. Je ne change pas de méthode comme de jupe ou de juppé ou de juppette : j'adopte le ton et les procédés de mon adversaire. S'il n'en est pas content, c'est à lui d'en changer!

Quant à la raclée, la mondialisation ultra-libérale, par exemple, est en train de nous en foutre une belle. Est-ce une raison pour se mettre à kollaborer? En 40, des sceptiques, il y en avait à la pelle, avec leurs petites prudences, leurs petits scrupules, leur fine-bouche, leur soumission à l'ordre, leur obéissance au pouvoir :ce sont eux qui faisaient arriver à l'heure les trains pour Buchenwald.
La moitié des manichéens était à Vichy. L'autre moitié était à Londres.

10:13 AM  
Anonymous Anonyme said...

Tout de même les raccourcis, ça va un peu loin pour la droite. On doit tout de même s'y retrouver. Sarko, la Force Tranquille, Jaurès...?????????
C'est ok on veut bien un peu (pas trop) du général De Gaulle mais tout de même, on leur demande un peu de tenue.
Laissons les compter les jupes de Ségolène, c'est tellement raffiné!

10:37 AM  

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home